vendredi 1 août 2008

USA 2008, LOUISIANE

LA PLANTATION ROSEDOWN

Un voyage en Louisiane plonge le visiteur dans le faste de la période « ante bellum » (avant la guerre de Sécession). Sur les traces des très riches planteurs de canne à sucre et de coton des années 1850, on découvre l’histoire mouvementée de cet état du « Vieux Sud », le commerce triangulaire et la vie quotidienne dans les plantations. Le long de la Great River Road, au bord du Mississippi, se dressent les plantations qui font la fierté de la Louisiane. Parmi les plus célèbres, voici Rosedown. Elle se situe un peu en dehors de St-Francisville. De style grec, elle apparaît au bout d’une immense allée de chênes.

L’une des mieux conservées en Louisiane, elle est richement décorée de meubles importés du Nord et d’Europe.

Splendide "Crazy" sur un très beau dessus de lit au crochet.



Lit de bébé au voilage richement brodé.



Joli "Log Cabin".



BATON ROUGE

Un détour par le RURAL LIFE MUSEUM de Baton Rouge, capitale de la Louisiane. C’est une sorte d’éco-musée où l’on a reconstitué une ancienne plantation de canne à sucre. On y compte plus de 20 bâtiments, répartis sur 3 secteurs.

LA PLANTATION
Reconstituée en un ensemble de bâtiments authentiques reproduisant les activités principales de la vie dans les plantations du dix-neuvième siècle : cuisine, cases d'esclaves, infirmerie, école, chaudron à raffiner le sucre, etc.
Le dernier secteur regroupe 7 bâtiments illustrant la culture de la Louisiane, parmi lesquels une église (et son cimetière), une maison de pionnier, une armurerie, une maison acadienne.

Les "Marches du Palais" sur un lit rudimentaire ...

Dans la "Maison du Pionnier"


Dans la "Maison Acadienne" ... à moins que ce soit l’inverse … j’ai déjà un peu oublié.

Dommage, on ne voit pas le quilt sur le lit, mais remarquez, en agrandissant l’image, le lit de bébé possède également son quilt.

"Jardin de Grand'Mère"

Assemblage de "Yoyos"

Dans une case d'esclaves



LAURA PLANTATION
Située à La Vacherie (oui c’est bien le nom de ce lieu !) c’est l’une des dernières plantations créoles de Louisiane. Très colorées, à l’architecture en bois, les plantations créoles sont très différentes des plantations américaines de style néo-classique (maisons blanches à colonnades). Particulièrement vivante, cette visite permet de bien comprendre la culture créole (à ne pas confondre avec la culture cajun) et l’histoire de la Louisiane, fortement marquée par celle des exploitants de champs de coton ou de canne à sucre.


LA VISITE
Nous sommes ici plongés dans la vie quotidienne d’une famille créole. Les guides nous racontent leur histoire sur sept générations grâce aux mémoires de Laura, dernière propriétaire des lieux. Et je peux vous dire que ce fut une « sacrée » famille riche d’intrigues en tous genres !!!
Avec un peu de chance, un guide francophone vous accueillera (à 11 heures le matin). Sinon, vous recevrez comme nous une brochure rédigée dans un bon Français où vous découvrirez la plantation page à page au fur et à mesure de la visite.

Dans la chambre de la "matriarche" attenant au bureau, elle y traitait les affaires … sous les yeux du Christ !

Sur le lit, un "four-patch"


Admirez le travail !




DANS LES BAYOUS
Nous voici aujourd’hui en pays cajun dont les habitants sont français d’origine.
Les Acadiens descendent de paysans poitevins qui peuplèrent l'Acadie avant que celle-ci ne fut cédée à l’Angleterre en 1713 et rebaptisée Nouvelle-Écosse (l’une des provinces de l’actuel Canada).
Au milieu du XVIIIe siècle, les Anglais, qui se préparent à une nouvelle guerre contre la France, décident d'imposer aux Acadiens un serment d'allégeance à la couronne, avec l'éventualité de devoir prendre les armes contre la France.
Ils se heurtent à un refus massif des 13.000 Acadiens. Quelques milliers se réfugient sans attendre dans les colonies françaises voisines.
Les autres sont au cours des mois suivants rassemblés par les miliciens anglais, embarqués sur des bateaux avec leurs maigres biens et répartis dans les colonies anglaises (les futurs États-Unis).
Sur les 7 .000 à 8.000 personnes concernées par ce «Grand Dérangement», beaucoup périssent en cours de route de faim ou de maladie.
Dans la colonie anglaise du Maryland, les déportés ne se résignent pas à la tutelle anglaise et s'enfuient au péril de leur vie vers la Louisiane... juste avant que cette colonie française ne passe sous souveraineté espagnole !
Établis dans les mangroves du delta du Mississipi, ils donneront naissance à la communauté des «Cajuns» (une déformation du mot Acadien).
Ils seraient aujourd'hui 800.000 mais très peu parlent encore l'ancien dialecte français.

SAINT MARTINVILLE
Une ville où tout nous rappelle les origines françaises de ces hommes courageux.

MUSEE DE LA DEPORTATION ACADIENNE
J’ai visité un musée intéressant sur le sujet, à La Lafayette.
J’y ai pris cette photo d’un magnifique quilt « anneaux de mariage » particulièrement bien exécuté. Plus je le regarde plus je suis admirative tellement il est beau !

Autre très beau quilt plus d’époque dans une vitrine



2 commentaires:

DanyL a dit…

Une petite visite en Louisiane n'est pas pour me déplaire, d'autant que l'on y voit de bien jolis patchworks

sandy a dit…

bouhhhhhhhhh ...je veux y aller !
on devait réserver,et puis juste avant ,katrina nous a coupé le voyage sous les pieds !
on s'est rabattu sur malte.
très belle ile ! on a été ravis !
je suis toujours décidée à aller en louisiane et plus encore quand je vois tes photos,merci.
@bientôt
sandy