mardi 5 juin 2007

LES PATCHWORK DE VIRGINIE

VIRGINIE
Je vous présente ma fille unique, Virginie. Douze ans ici, alors que je faisais mes premiers points de patchwork.
Cette housse d’édredon était mon premier ouvrage. Je n’avais reçu qu’un cours de piécé et le coussin que nous y avions réalisé n’était pas à la hauteur de mes ambitions !
Je me souviens : des idées plein la tête, je faisais des multitudes de dessins lors de trajets dans les trains de banlieue ! Les triangles et les carrés qui m’ont permis de faire le grand V et les autres lettres, étaient minuscules. Les plus grandes pièces blanches n’excédaient pas 10 cm. Mais cela ne suffisait pas. J’ai acheté un livre sur l’appliqué pour apprendre la technique et dessiné une violette d’après une photo tirée d’un livre sur les fleurs.
V comme violette … ou Virginie. Les tons mauves et violets étaient à l’époque les couleurs fétiches de ma fille.

POUR MAMAN


Virginie a grandi et comme souvent les enfants, a voulu faire comme Maman. Alors je lui ai appris les rudiments du piécé. Quelques semaines plus tard, en cachette, elle réalisait ce coussin qu’elle m’offrit pour mon anniversaire. Quel beau cadeau et comme elle était fière ! (Moi aussi !)
Frimousse a beaucoup aimé se coucher dessus quand je ne l’avais pas à l’œil !

NOEL
Pour se faire de l’argent de poche, Virginie eut l’idée de vendre sur les marchés de Noël où j’exposais, des boules de polystyrène qu’elle habillait de morceaux de tissus précieux. Il y en avait de toutes sortes, de simples mais aussi de très sophistiquées. Voici le résultat.


Elle en revenait souvent avec des commandes, et y passait toutes ses soirées.


Un jour, elle en eut assez de ces calendriers de l’Avent en carton, distributeurs de chocolats. Elle eut envie d’en fabriquer un elle-même, avec de grandes poches-cœurs … pour y mettre de plus gros chocolats, ou mieux, de petits cadeaux.
La coquine, il ne me restait plus qu’à remplir les poches !



STARS AND STRIPES
Quinze ans.
C’est l’année où nous sommes allés en Pennsylvanie à la rencontre des Amish. En souvenir de ce voyage, elle a choisi les tissus qui m’ont permis de réaliser pour elle cette nouvelle housse d’édredon.

Mais il fallut un coussin pour l’accompagner. Et puis ça tombait bien, il restait un peu de tissu !
LES MOULINS DE MON CŒUR
A 18 ans, elle choisit de faire ses études loin de chez nous. C’est en souvenir de cette séparation que je lui offrais ce quilt d’un mètre au carré. C’est le seul ouvrage de ces pages consacrées à Virginie, qui soit réalisé à la machine.
Toutes celles qui connaissent le montage de ces moulins savent qu’il reste de quoi faire au moins le même quilt, en modèle réduit.
Tandis que Virginie possédait le grand modèle, j’avais le petit pour moi ; le voici.
Vous remarquerez sans doute le dégradé arc-en-ciel …
Un peu de soleil dans une pluie de larmes …


UN EX CHEZ NOUS
Virginie quittait SA maison parisienne à regrets. Je la lui ai offerte en patchwork.
C’est à ce moment-là que nous sommes partis dans les Alpes, pour une autre maison qu’on peut voir plus loin, dans le quilt commun offert au village d’Autrans (exposé à l’Office de Tourisme).



V COMME … VIRGINIE
Virginie a 20 ans.
J’ai confectionné ce coussin en Trapunto.
J’ai ombré son initiale de fils de couleurs glissés entre le molleton et le top.
J’ai ajouté des broderies et des perles.
(Voir LE TRAPUNTO EMBELLI, hors série de MAGIC PATCH).
Aujourd’hui, elle a 27 ans. Et d’autres priorités que le patchwork.
Elle a commencé il y a bien longtemps des blocs de Trapunto à ajouter à des quantités de nine-patch que j’ai montés pour elle, avec les échantillons de tissus pour patchwork, afin d’en faire un dessus de lit.
Je lui avais promis quand elle aurait fini sa part d’ouvrage, d’assembler le tout et de le matelasser pour son mariage.
Quand je lui rappelle qu’elle n’a toujours pas fini, elle me répond malicieusement :
« Ne t’en fait pas Mamounette, je ne me marie pas encore demain ! »
Sacrée Virginie ! Je la soupçonne de faire durer l’ouvrage, telle Pénélope …
Quand un jour elle me dira : « Tu vois bien que je n’ai pas le temps, ce serait sympa de terminer mes blocs », j’aurai compris que la Mairie n’est pas loin !

Aucun commentaire: