lundi 30 avril 2007

PATCHWORK A AUTRANS



J’ai le privilège de vivre dans un endroit superbe, dans une station de moyenne montagne en Vercors : AUTRANS. J’y animais jusqu’à récemment un club de patchwork où nous nous rencontrions chaque lundi après-midi. Avant de quitter ce « poste » d’animatrice bénévole, j’ai voulu remercier la commune pour l’aide qu’elle m’avait apportée à faire connaître cette activité et laisser une trace de ce que représentaient ces années de partage.
Fin février 2005, nous remettions notre ouvrage commun lors d’une modeste cérémonie organisée pour nous dans les locaux de l’Office du Tourisme où il était prévu d’exposer notre quilt par la suite.

Nous nous y sommes mises avec ardeur. Nous choisîmes ensemble le thème de notre quilt. Renée ébaucha les dessins que je simplifiai à la mesure des difficultés qu’on pouvait rencontrer à les « appliquer ». Ensuite à l’occasion de Assemblée Générale 2004, suivie du repas de début d’année, chacune choisit son « bloc ». Jeannine posa donc la gentiane, Renée le lys martagon et Monique s’offrit le luxe d’appliquer les deux autres : les tulipes des Alpes et le sabot de Vénus, une adhérente ayant abandonné en cours de route. Ces quatre blocs figurant des fleurs emblématiques de notre belle région. Pour les grands blocs, Evelyne entreprit d’appliquer le cerf, roi de nos forêts. Catherine nous montra la piste avec son skieur de fond aussi vrai que nature. Pascale représenta nos alpages et leurs vaches, témoignage de l’agriculture locale. Et je me gardai l’habitation traditionnelle en Vercors Nord : la ferme à pignon lauzé, copie de la mienne. 

Pour marquer le tout, Anny réalisa le bloc central, utilisant le nouveau logo de la station, sans oublier les anneaux olympiques pour nous rappeler les Jeux de 68 pour lesquelles Autrans s’illustra comme Capitale du ski nordique.




L’HABITAT TRADITIONNEL EN VERCORS NORD
Le pignon « lauzé ».
Habituellement orientée dans le sens des vents dominants, la ferme traditionnelle de cette région du Vercors, couverte à l’origine de paille de seigle était très vulnérable aux bourrasques. C’est pour en protéger la toiture que les Anciens érigèrent les pignons plus élevés que l’ensemble ; et pour éviter que la pluie ne s’infiltre dans leurs murs, ils y posèrent des lauzes de calcaire inclinées, l’eau s’écoulant ainsi de marche en marche. Sur la pierre plate au sommet, on ajoutait une autre pièce de calcaire taillée, la « couve ». C’était pour assurer la fertilité dans la maison disent les uns, en signe de protection contre les mauvais esprits disent les autres. On murmure aussi que la grosseur de la couve était en rapport avec la richesse de ses propriétaires !
Ces lauzes possèdent un joli nom : « sauts de moineaux », mais la plus belle des légendes voudrait que ce soit les Escaliers du Père Noël …

CEREMONIE DE REMISE
On procéda à des échanges de tissus pour que chacune trouve le morceau qui conviendra le mieux à son bloc. C’est aussi ça le patchwork.
Une année fut nécessaire pour terminer cet ouvrage. Cela paraît beaucoup quand on sait qu’il aurait pu l’être en beaucoup moins de temps. Mais il faut tenir compte des disponibilités de chacune, de son rythme de travail et surtout du fait qu’il a fallu attendre que tous les blocs soient achevés pour être assemblés, ce qui pose souvent quelques problèmes selon la manière de travailler de chacune. Heureusement, on avait prévu large de façon à pouvoir rattraper le coup éventuellement ! Chacune s’est mise au montage de petites bandes de couleur vive sur le pourtour de son bloc carré ou octogonal. Et l’encadrement final a fait l’objet d’une décision collégiale. Puis, le quilt assemblé a circulé de main en main afin de procéder au matelassage.
A l’Assemblée Générale suivante, tout était achevé. Il ne nous restait plus qu’à attendre une date pour la cérémonie de remise : le 28 février 2005.
Que chacune soit remerciée d’avoir prêté son concours à cet ouvrage.


EXPOSITION A LA FOULEE BLANCHE 2003


A Autrans, il y a aussi la Foulée Blanche, cette grande manifestation sportive qui se déroule chaque année le 3ème week-end de janvier avec ses compétitions de ski de fond pour professionnels et amateurs, et de raquettes pour les Anciens (à la Foulée Blanche, on est « ancien » à partir de 50 ans, alors on prend vite un vieux coup … de vieux !)
Tout ça dans la joie et la bonne humeur.


Le Club de Patchwork d’Autrans était présent à l'édition 2003 de la Foulée Blanche, auprès des artisans locaux. Ici Pascale et Evelyne tiennent le stand.



MES PATCHWORKS A AUTRANS
Je vous ai déjà présenté le village du Vercors où j’habite. Et aussi ma maison, côté pignon lauzé. Je ne suis pas originaire de cette région mais suis venue m’y installer quand l’heure de la retraite a sonné ... pour y reprendre une activité ! Nous avons acheté une vieille bâtisse que nous avons retapée avec des professionnels. Car si l’on m’a surnommée « La Bricole », ce n’est pas pour rien, mais ces travaux ne sont plus de mon âge !


NOTRE DAME DES FLEURS, COTE SAS
Dans ces régions très rudes où les températures hivernales peuvent atteindre – 25 à –30° C on vous accueille toujours dans un sas d’entrée afin de préserver l’intérieur des déperditions de chaleur. Avant que je la garnisse de ce « vitrail », une ouverture était pratiquée dans le mur du sas pour donner un peu de lumière dans la cage d’escalier, derrière. C’était un plexiglas granité très laid et rayé par endroits. Le dos du panneau vitrail a été recouvert du même tissus très fin qui m’a servi de fond, afin de cacher les points du montage des biais du serti ; le tout a été tendu sur un cadre et posé côté escalier derrière le plexi dont on ne voit désormais plus les imperfections.

COTE ESCALIER

POUR L’AUTOMNE

Dans le séjour, je fais « tourner » les quilts au gré des saisons.

Voici un arbre au feuillage passé, construit comme une Etoile de Bethléem. C’était mon second ouvrage.

POUR LE PRINTEMPS

Une brassée de fleurs.


POUR L’ETE
Et puis, il y a les fruits de cet « Eté Généreux ».



POUR L’HIVER
Des pommes de pin pour ce panneau aux couleurs de Noël : rouge, blanc, vert et or.


UNE CHAMBRE


L'ATELIER DE LA BRICOLE




Voici mon atelier de patchwork.
Bien qu’y trône une machine à coudre, je l’utilise rarement pour le montage, préférant le travail à la main, y compris celui du matelassage.
Au fond, en souvenir de mes amies parisiennes que j’ai quittées pour m’installer à la montagne, un quilt de l’amitié qu’elles ont réalisé pour mon départ. Chacune y a brodé son nom, son prénom et les années où nous avons quilté ensemble.

LE GITE
Je vous parlais de reprendre une activité en arrivant dans cette station de sports d’hiver alors dans cette grande maison aux multiples dépendances (à l’origine, c’était une ferme), nous avons aménagé un gîte pour recevoir jusqu’à une douzaine de personnes à la fois.

CECI N’EST PAS UNE PUBLICITE CAR LE GÎTE EST DESORMAIS FERME.Voici seulement des photos de quelques unes des chambres décorées de quilts que j’avais cousus à la machine pour l’occasion, mais toujours matelassés à la main.

TOUT BLEU





Ce panneau qui fait face au lit de la précédente photo, est fait de blocs que j’avais gagnés par tirage au sort lors d’une journée de l’amitié organisée par la Délégation Isère de France Patchwork. Au moment du montage, je me suis trouvée confrontée aux aléas habituels du travail collectif : les dimensions de chaque bloc cousu par des mains différentes !


COTE FLEURS
Le dessus de lit est d’un seul morceau de tissus imprimé dont j’ai matelassé chaque motif en détails. Le panneau mural est la reprise de certains motifs inclus dans un travail de cannage.


LA CHAMBRE JAUNE

Malgré le grand nombre de personnes qui sont passées dans le gîte, et les inquiétudes de mes amies et de ma famille, contrairement à bien d’autres choses, mes quilts n’ont pas été détériorés. La plupart de nos hôtes ont apprécié la décoration. D’autres n’y ont pas été sensibles. Mais tous l’ont respectée.

1 commentaire:

bonhomme974 a dit…

J'admire les merveilleux sapins...